Familles recomposées : Comment bien vivre ensemble ?


Aujourd’hui en France une famille sur quatre est monoparentale et 9% des familles sont recomposées. Nous connaissons tous au moins une famille recomposée dans notre entourage, et les émissions de téléréalité banalisent cette situation et nous la présentent comme un conte de fée – les enfants s’adaptent facilement et tout le monde vie en harmonie… Mais comment cela se passe-t-il dans la vraie vie ?


Parents solos : s’installer avec son nouveau conjoint, une bonne idée ?

Suite à la séparation des parents, il arrive un moment où ils rencontrent une nouvelle personne avec qui ils désirent de s’installer. Quand on a des enfants, il est difficile de prendre la décision de refaire sa vie rapidement sans penser aux conséquences sur eux. L’état émotionnel des enfants dépend beaucoup de la manière dont la séparation des parents s’est passée, des relations qu’ils entretenaient avant, pendant et après la séparation, et de l’attitude qu’ils ont eue envers eux depuis qu’ils sont tout-petits. Les enfants sont très sensibles à la communication non verbale et même si vous les protégez de vos disputes, ils ressentiront facilement la tension qu’il peut y avoir entre vous, et même inconsciemment, elle influencera sur leurs émotions et leurs réactions. Si vous-mêmes n’avez pas vécu la séparation de vos parents, il vous sera difficile de bien appréhender les sentiments de vos propres enfants dans cette situation.

S’installer avec son nouveau conjoint est une évolution tout à fait naturelle d’une belle relation amoureuse. Pour que la nouvelle vie de votre famille se passe au mieux, il est important de ne pas brûler les étapes.


Comment présenter son nouveau conjoint à ses enfants ?

Vous avez pris la décision de mener une vie commune avec votre nouveau conjoint et vous vous posez beaucoup de questions pour la suite. Le début de votre vie de famille recomposée commence par la présentation de votre conjoint à vos enfants. Avant tout, il est important de prendre en compte l’âge des enfants, car ce changement ne serait pas perçu de la même manière par un jeune enfant ou par un adolescent.


Quand les enfants sont jeunes

Quand les enfants sont encore jeunes, comprendre ce qu’est une relation amoureuse n’est pas forcément facile sans aborder aussi le sujet de la sexualité et de comment on forme une famille. Pour les enfants, « les parents » sont « leurs parents », et expliquer que chaque parent pourrait avoir un ou une autre partenaire est nécessaire. Vous pourrez dans un premier temps présenter votre nouveau conjoint en tant qu’ami, car les enfants comprennent bien la proximité avec un ami. Les enfants apprennent à connaitre la nouvelle personne en douceur et sans précipiter l’acceptation du nouveau partenaire. Plus tard, quand vous sentez que vos enfants sont prêts à comprendre votre relation amoureuse, il sera temps de leur présenter votre « très bon ami » en tant que votre amoureux ou amoureuse.


Quand ils sont adolescents

Pour un adolescent à l’inverse, présenter votre nouveau conjoint en tant qu’ami pourrait au contraire ne pas faciliter la relation avec leurs futurs beau-père ou belle-mère. En effet, votre ado percevrait votre mensonge comme une sorte de trahison et un manque de confiance. Un ado s’attend à ce qu’on soit honnête avec lui et non qu’on prenne la décision à sa place. Bien avant de le rencontrer, il appréciera que vous lui parliez de votre nouveau partenaire, de sa vie d’avant, de son tempérament et de ses goûts. Un adolescent a plus de chances de se sentir à l’aise avec son nouveau beau-père ou sa nouvelle belle-mère au moment du rendez-vous, d’avoir l’impression qu’il le ou la connaît déjà un peu. Parlez-lui de la raison pour laquelle vous avez pris la décision d’aller plus loin avec cette personne, montrez-lui des photos d’elle. Les surprises peuvent créer de l’appréhension et de la peur, et votre ado pourrait alors adopter un comportement de défense ou d’attaque, au lieu d’être communicatif et amical.


Famille recomposée : tu n’es pas ma mère/mon père !

Dans la famille recomposée comme dans chaque famille, il y a des bons comme des mauvais moments. Mais les sujets de discussion dans la famille recomposée concernent beaucoup les relations entre les « anciens » et les « nouveaux arrivés ». Les conflits entre les enfants et les beaux-parents sont fréquents du fait que les enfants acceptent moins d’être éduqués par une autre personne qui « joue » le rôle d’un nouveau parent. L’enfant peut percevoir le beau-père ou la belle-mère comme une personne intrusive et qui remplace le parent, une personne qui rompt le cercle, le noyau de la famille. En grandissant, les enfants expriment les peurs et les colères qu’ils peuvent ressentir et adoptent un comportement agressif vers les beaux-parents.

Décider de vivre avec son nouveau conjoint est la suite logique d’une histoire d’amour. Il faut être conscient qu’elle ne l’est pas forcément pour les autres membres dans votre future famille recomposée – entre les beaux-enfants et les beaux-parents et entre les demi-frères et sœurs. Permettre à tout le monde d’apprendre à se connaître sans brusquer les choses est le plus judicieux.


Beau-parent, un statut délicat

Vous, en tant que beau-père ou belle-mère, vous retrouvez dans une situation délicate – être le nouveau conjoint qui devra participer à l’éducation de ses beaux-enfants et en même temps, qui devra éviter de contredire les parents biologiques.

L’attitude négative de l’enfant vers le beau-père ou la belle-mère peut être provoqué par la jalousie. Le sentiment de dépossession du parent se renforce, et le nouveau conjoint devient un « ennemi » avec qui l’enfant ou l’adolescent doit « partager » son parent. Les disputes s’enchaînent et les relations deviennent tendues. Les beaux-parents doivent dans un premier temps adopter un comportement plutôt amical que parental avec ses beaux-enfants, afin d’être acceptés sans précipitation.

La relation entre le nouveau et l’ex-conjoint est toute aussi importante pour les enfants. S’il y a trop de conflits et de désaccords, c’est probablement le beau-père ou la belle-mère qui vont avoir « tort », car c’est lui ou elle la personne de l’extérieur ou « la cause » de la séparation.


Comment bien faire cohabiter enfants et beaux-enfants ?

L’arrivée d’un nouveau frère ou d’une nouvelle sœur n’est pas toujours une bonne nouvelle. Partager la maison, la chambre, les affaires et les repas, peut être moins douloureux que de partager l’amour et l’attention de sa mère ou son père, qui n’était là que pour nous avant. Cela peut provoquer un sentiment de rejet ou d’abandon chez l’enfant, qui va se retourner contre son quasi-frère ou sa quasi-sœur avec qui il « partage » son parent. Si le nouvel arrivé n’est pas accueilli avec joie, il sera difficile pour lui de s’intégrer dans la famille. Avant de demander aux enfants d’une famille recomposée de bien s’entendre, le nouveau couple de parents devra se montrer patient, et ne devrait pas forcer leurs enfants respectifs à faire des activités communes s’ils ne le souhaitent pas encore.


Le beau-parent se doit d’être impartial

Le rôle du beau-père ou de la belle-mère est tout aussi important dans la relation entre enfants et beaux-enfants. Réagir de manière objective en cas de conflits entre eux, par exemple, est très important – ne pas défendre uniquement son enfant et systématiquement accuser l’enfant de son conjoint, mais plutôt accompagner les enfants pour qu’ils trouvent une solution ensemble.


Partager des activités pour apprendre à se connaître

Si les enfants sont encore jeunes, organiser des activités communes est une bonne idée, à condition de respecter la volonté de chacun. Vous pouvez leur demander de choisir ensemble l’activité, ou de vous proposer des idées de sorties ou de jeux pour passer le temps ensemble. Demander à deux adolescents à bien s’entendre quand ce n’est pas le cas est plus difficile, car ce sont des personnes plus autonomes. Leur permettre d’apprendre à se connaître à leur rythme sans les précipiter sera le mieux.


L’arrivée d’un nouveau bébé, la consécration du nouveau couple parental

Il peut y avoir aussi la situation où un nouveau bébé arrive dans la famille. Il sera le seul enfant à vivre avec ses deux parents biologiques. Alors les plus grands font eux partie d’une famille recomposée, au contraire de leur demi-frère ou demi-sœur.

Pour que tous les enfants cohabitent dans l’harmonie, il faut du temps et beaucoup de bienveillance et patience de la part des parents.


Et les émotions des enfants suite à un divorce ?

Un divorce ou une séparation impacte tous les membres d’une famille recomposée, qu’elle vive en harmonie ou pas. Les conflits provoquent une souffrance émotionnelle chez l’enfant, qu’il soit partie prenante des disputes ou simplement spectateur. Rarement une séparation se passe dans l’harmonie et l’apaisement. Les conflits entre les parents sont souvent présents dans la famille bien avant qu’ils ne décident de se séparer. Les enfants réagissent en fonction de leur âge, mais leur état émotionnel est toujours impacté.

Si la séparation des parents survient dans la petite enfance, l’enfant n’est pas conscient de tout ce qui se passe, mais perçoit la colère, l’ambiance tendue et les mots durs qui le blessent profondément. Il devient alors soit agressif envers ses parents, ou envers un des parents qu’il considère victime ou responsable de la situation, mais aussi envers les autres. Il peut au contraire se renfermer sur lui-même, chercher à « disparaitre » et accumuler des souffrances et des frustrations. Le petit enfant vit souvent avec la culpabilité qu’il est la cause de la séparation, même si pour les parents il est « évident » que la raison est autre. En grandissant et en prenant conscience de ce qui s’est passé, l’enfant commence à se poser des questions sur la séparation, et questionne ses parents. Pour un adolescent, le divorce de ses parents peut être vécu dans la honte, le silence et bien plus souvent avec un sentiment d’impuissance et d’agression.

Les parents et les nouveaux conjoints doivent agir et réagir d’abord dans l’intérêt de leurs enfants, tout en préservant au maximum leur santé émotionnelle, qui impactera leur vie future.


Familles recomposées : comment réduire au maximum les tensions et vivre bien tous ensemble ?

Vivre en harmonie quand on est une famille recomposée, c’est possible. Ces familles ne sont pas condamnées aux disputes et conflits permanents, à condition de bien gérer les choses.

Pour commencer, le nouveau couple de parents doit prendre la décision de vivre ensemble quand l’amour et la bonne entente entre eux est bien présente, et non pas sur un « coup de tête ». Voici quelques conseils pour une famille recomposée réussie :

  • Respecter l’âge des enfants et agir en fonction de leur tempérament et de leur vécu dans la famille avant la séparation

  • Permettre à chacun de prendre le temps nécessaire pour connaître les nouveaux membres de la famille

  • Chaque enfant a besoin de passer du temps seul avec son parent biologique. Que ce soit une activité ou juste un moment de discussions à deux, votre enfant a besoin d’avoir des preuves qu’il est tout aussi important pour vous qu’auparavant

  • Le beau-père ou la belle-mère n’a pas pour rôle d’éduquer les beaux-enfants, sauf si l’autre parent biologique n’est plus du tout présent, s’il est violent, ou s’il est décédé, par exemple.

  • Les beaux-parents ne devraient pas avoir le sentiment qu’ils sont là pour remplacer le parent biologique et cela devrait être expliqué aux beaux-enfants

  • Organisez des conseils familiaux, lors lesquels chacun pourra exprimer ses beaux et mauvais moments de la journée, la semaine, le mois…

  • Évitez les disputes entre parent et beau-parent devant les enfants, qui sont déjà fragilisés par les conflits de leurs parents avant la séparation. Ils pourraient craindre une nouvelle séparation et nourrir un sentiment d’instabilité.

  • Ne minimisez pas les émotions et les sentiments de vos enfants, ils les exprimeront un jour ou l’autre, avec un degré différent

  • Expliquez à vos enfants qu’ils ne sont pas des « problèmes » ni la cause de votre séparation avec leur père ou leur mère

  • Dites à vos enfants que partager l’amour ne le diminue pas, mais qu’il le multiplie

  • En étant beau-père ou belle-mère, adopter un comportement amical est plus favorable à une bonne relation avec les beaux-enfants, que l’attitude autoritaire qui est le plus souvent rejetée

  • Dites à vos enfants que votre propre bonheur est tout aussi important que le leur. Pour eux, ce serait mieux d’avoir une maman ou un papa heureux avec son nouveau conjoint, plutôt que triste et seul(e)

  • Soyez clairs et exprimez ce que vous ressentez ou pensez avec les autres membres de la famille. Chacun doit savoir qu’il est respecté pour ce qu’il est, et doit trouver sa place dans la famille.

  • N’hésitez pas à demander l’avis d’une personne extérieure ou d’un professionnel qui serait objectif sur votre situation, et qui vous donnera des conseils personnalisés.

  • Les relations évoluent, les enfants et les parents aussi. S’adapter à la situation actuelle est important, sans rester bloqué sur le passé. Et tirer des leçons positives de son expérience passée

  • Écoutez plus votre cœur que les conseils des autres. Votre intuition vous dictera ce qui est bon ou moins bon pour vous et pour votre famille.

Pour vivre en harmonie, chaque famille, qu’elle soit classique ou recomposée, doit vivre dans le respect de chacun, la bonne communication et l’amour.