Imitation et exemple parental


L’enfant est le miroir du comportement et des émotions des parents.


L’imitation chez l’enfant est rendue possible par les neurones miroirs qui se situent dans certaines régions du cortex cérébral et son liées au cortex moteur. L’enfant venu au monde ne connaissant personne d’autre que ses parents, cherchera à apprendre et à ce comporter comme un adulte en prenant exemple sur ceux qui lui sont les plus proches. Ses parents représentent la sécurité, l’amour, la découverte, les meilleurs partenaires dans les jeux, surtout pendant les premières années, ils sont l’exemple dont les enfants ont besoin. En grandissant l’enfant fera sa propre expérience grâce au comportement de ces amis, il verra les différences dans les réactions, les connaissances, les attitudes et les façons de s’exprimer, dans ce que l’on appelle éducation. Il saura se positionner plus tôt dans le groupe de ces enfants qui ont eu un exemple positif de la part des parents, ou l’inverse, et il pourra de lui même faire des changements dans son propre comportement, grâce aux bases posées les premières années de sa vie. Nous avons facilement tendance à mettre dans des cases les enfants à ceux qui sont bien éduqués et bien de ceux qui le sont moins bien, de résumer toute l’expérience de l’enfant avec un mot, or le sujet est beaucoup plus vaste et profond. Un enfant peut être perturbateur, turbulent, aimer jeter des pierres vers les autres et en même temps savoir peindre, écrire ou faire preuve de créativité. Ce que nous percevons à première vue ne fait pas de lui un mauvais enfant, il y a des raisons pour que sa façon de s’exprimer soit telle et pas une autre, mais pour ce sujet je vais consacrer un chapitre à part. C’est à nous, les parents, de guider nos héritiers dans une direction qui nous semble juste.


Si vous avez pour habitude de ne pas parler avec votre petit enfant et le laisser seul, il sera susceptible d’être renfermé et pas très communicatif, pas seulement parce que son caractère le rend ainsi, mais parce qu’il ne sait pas comment le faire, nous ne lui avons pas montré, et il se sent perdu. Pour lui, il sera plus facile de ne rien dire que de « prendre le risque » de s’exprimer et être objet de moqueries.


Un enfant ne saura pas vous faire une caresse s’il n’en reçoit pas au quotidien, s’il ne voit pas que ces parents se comportent avec gentillesse l’un envers l’autre, si les gestes d’amour dans la famille manquent.


Dire à notre enfant de faire quelque chose ou de se comporter d’une façon complètement différente de ce que nous faisons, ne donnera aucun fruit s’il n’a pas l’exemple concret. Si on fume, on ne mange pas équilibré, on n’aime pas à se promener et on encourage notre enfant à faire le contraire, la première question qu’il se posera serait « si c’est tellement bien, pourquoi tu ne le fais pas ? », et il aurait raison.


Pendant une des conférences d’Isabelle Filliozat à Nice, une jeune maman assise à côté de moi m’a raconté comment elle disait à sa fille « Non, non, non » en lui montrant le doigt, et ensuite sa fille répétait les mêmes mots et le même geste à sa poupée. Un parfait exemple qui démontre le lien direct entre les actions des parents et ceux de leurs enfants.


Le plus important et difficile n’est pas d’éduquer notre enfant, mais de nous éduquer nous-mêmes.


Milla DI GREGORIO