Bonheur et individualité


Nous sommes responsables de notre propre bonheur. Vous entendrez des opinions différentes en ce qui concerne la manière dont vous vous comportez avec votre enfant, il y aura sûrement des mots que vous aimerez plus que d’autres ; cela dépend uniquement de l’attention que vous y portez et de l’importance que vous y donnez. Pendant votre grossesse et maternité beaucoup de femmes vous donneront leurs conseils comment il « faut » faire dans telle et telle situation. Les conseils sont à demander et pas à donner. Écoutez-vous, écoutez votre propre instinct, ce que l’on appelle « sixième sens », nous l’avons tous. Plus proche nous sommes à la nature, plus nous arrivons à déchiffrer ses signes. Rien de plus naturel qu’une maman qui donne la naissance, une nouvelle vie ; dans la nature personne n’apprend à la biche ou à la lionne comment élever leur petit, elles sont guidées par leur instinct. Nous sommes évoluées et la différence principale qui nous sépare des animaux c’est la conscience de soi. Si nous restons liés à la nature, nous conservons cette sensibilité qui nous guide sur le bon chemin.


Partant du principe que chaque être humain est différent avec un ADN qui lui est propre (aujourd’hui on arrive à trouver des petites différences même dans les ADN des jumeaux monozygotes) ; nous ne sommes, par conséquent, pas issus d’un même moule et nous nous devons d’être tolérants vis-à-vis des autres. Il y a des mères qui prennent pour exemple leur propre maternité et ne cesseront pas à comparer leur enfant au votre, en essayant de vous conseiller comment procéder dans les situation différentes. Cela est inutile, car votre enfant a son propre chemin de vie, mais il aura besoin d’être guidé les premières années et cela jusqu’à la fin de son adolescence. La comparaison provient souvent d’un manque d’assurance et de confiance intérieure où la personne qui compare va chercher sa sécurité en essayant de constituer un groupe avec son interlocuteur. Un enfant a besoin de vous sentir fort et qu’il peut vous faire confiance pendant les différentes périodes de croissance. Essayez d’être le parent de ces attentes. C’est votre devoir. Votre propre expérience sera votre force dans le future, comme dit Lao Tseu « L’expérience est une lanterne que l’on porte dans le dos et qui n’éclaire que le chemin parcouru ».


Vous ne pouvez pas plaire à tout le monde et il ne faut pas chercher à le faire. Notre société est faite de cercles, vous en faites partie d’un et vous devez en prendre conscience. Vos discussions seront similaires, votre perception de la vie aussi, vous vous sentirez bien.


Sûrement on vous a déjà dit que le temps passe vite et que votre enfant grandira très rapidement. Ceci est valable aussi pour notre propre vie d’adulte, mais une période pleine d’apprentissage, de découverte et d’erreurs qui nous servent pour retirer une leçon passe moins rapidement qu’une période concentrée que sur les plaisirs éphémères et basiques. Vous ne regretterez pas les années passées si elles vous ont servi à avoir une expérience qui vous permet d’évoluer dans vos intérêts. En adoptant la même vision pour la vie de votre progéniture, vous lui offrez une jeunesse « consistante ».

Prenez pour exemple les personnes dont la façon de vivre vous inspire, la méthode de transmission de leur connaissances ; nous sommes tous professeurs et élèves à la fois.


La plus grande récompense que nous pouvons espérer c’est que notre enfant soit heureux dans son quotidien, qu’il ait des bonnes capacités linguistiques, cognitives, etc.


Mettez le bonheur de votre enfant et de votre famille avant tout, aucun autre plaisir vous apportera une telle satisfaction de la vie.


Milla Di Gregorio