La voix du silence



Le plus difficile est d’écouter l’opinion des autres, les autres voix qui ont peut-être raison et qui peut-être ne dansent pas dans le même rythme que nos idées. Nous aimons avoir raison, être ceux qui sont écoutés, ceux qui disent « je te l’avais dit », et ceux qui adorent se sentir puissants. Et si les autres avaient des idées meilleures que les nôtres ? Nos pensées nous crient si fort que nous n’entendons pas le murmure des voix qui sortent de la bouche de ceux qui nous entourent. Et si nous faisions le contraire, si nous permettions à d’autres lumières d’éclairer notre monde intérieur, de proposer à notre cœur le toucher d’une musique pleine de notes différentes… Le soleil brille pour tout le monde de la même façon, mais chacun voit ses rayons avec son propre regard. Au fond du bonheur reste le partage. Si nous avons une grande maison vide d’amour, de rire, de douceur, de tranquillité, est-ce que les murs vont remplir les besoins de notre immense intérieur ? Le bonheur est là où nous ne nous sentons pas seuls, où nous pouvons permettre à nos sentiments de se dévoiler, où notre cœur pourrait voler et attraper la tranquillité qui le prendrait dans ses bras…  L’amour c’est le pouvoir de dire nous et pas moi.


Souvent on nous dit que nous sommes tous un peu comme les enfants. Et pourquoi un enfant, pour les jeux, pour les « bêtises », pour le manque de patience ? Ou pour la recherche inconsciente de la vérité, de la découverte, de la chaleur maternelle et paternelle, de l’amour pur et inconditionnel, du partage… ? L’évolution est propre à chacun d’entre nous qui suivons notre chemin unique. Ces chemins sont parfois parsemés de fleurs, sont lumineux, inspirants, d’autres sont tapissés de feuilles automnales et certains demandent que nous mettions de meilleures chaussures à nos pieds afin de les parcourir. Le bonheur ne repose pas sur un chemin lisse mais réside dans les pierres qui le jonchent. Ce chemin nous permet de poser notre pied sur la marche supérieure de l’échelle éternelle.


Le silence nous crie, il veut que nous l’écoutions; nos pensées nous parlent seulement aux moments de calme. Apaisons-nous pour nous emplir de leurs messages.


Milla Di Gregorio